23.07.2019

«Expert View» – la transmission de connaissances et la perception sont es-sentielles pour la branche – Libra et son importance pour les banques

Perspective actuelle sur le secteur des produits structurés par Valentin Vonder Mühll, Pictet

Disons-le sans détour: le lancement de la monnaie «Libra» de Facebook constitue une attaque frontale contre le système financier de l’ancien monde et son inertie! L’annonce semble avoir surpris les banques tout comme le public. Mais malgré toutes les questions en suspens, il semblerait que Libra puisse devenir une alternative sérieuse, voire une concurrente des monnaies traditionnelles. Aussi, les banques centrales et les autorités de régulation doivent-elles réfléchir activement à un tel scénario et à ses conséquences éventuelles.

Mais pourquoi un groupe Internet peut-il sérieusement concurrencer le système bancaire mondial dans l’une de ses compétences de base les plus élémentaires? L’une des raisons devrait en être la vague de réglementation massive qui contraint les banques à effectuer d’énormes investissements informatiques. Les ressources sont ainsi investies davantage pour la préservation de l’activité actuelle et pour répondre aux nouvelles obligations que pour l’innovation, avec une valeur ajoutée facilement appréciable pour les clients.

Par ailleurs, de nombreuses banques peinent toujours à adapter leurs modèles aux circonstances nouvelles et à les focaliser davantage sur les besoins de la prochaine génération – mot-clé numérisation. Qui a par exemple encore besoin d’un réseau étroit de succursales? Des technologies innovantes ont également créé de toutes nouvelles possibilités dans le domaine de l’intermédiation de crédit et du trafic des paiements. Les banques qui n’ont pas réorienté leur stratégie commencent à manquer de temps.

Les entreprises des Fintech et les groupes Internet n’ont en outre pas besoin d’entretenir des infrastructures informatiques développées au fil du temps et souvent obsolètes. Grâce à leurs plates-formes innovantes, ils ont accès à des milliards de clients dans le monde, connaissent leurs préférences et sont en mesure d’adapter leur offre aux besoins individuels. Le défi pour les banques établies est énorme. Des entreprises telles que Facebook, Google et Amazon possèdent des atouts concurrentiels décisifs: elles peuvent exécuter des transactions, plus rapidement, plus efficacement et donc à des prix nettement moins élevés (à son lancement, la plate-forme Libra doit par exemple être en mesure d’exécuter un millier de transactions par seconde). Grâce au capital d’investissement disponible, elles peuvent investir des sommes considérables dans les nouvelles technologies et accroître progressivement leur avance sur les banques.

La branche des produits structurés, une lueur d’espoir pour les banques

À l’intérieur du secteur bancaire, les instruments dérivés et les produits structurés ont toujours été un vecteur d’innovation et de progrès technique. Ayant d’emblée eu besoin des technologies innovantes, la branche des produits dérivés a progressivement engendré une automatisation et une mise à l’échelle le long de toute la chaîne de création de valeur. La branche a rapidement compris que la technologie revêtait une importance stratégique face à la concurrence et que l’innovation permettait de créer systématiquement des avantages pour les clients. Afin de répondre à la dynamique, les spécialistes informatiques correspondants ont toutefois dû être détachés des services informatiques in-ternes des banques, au fonctionnement souvent complexe, inerte et bureaucratique. Au sein d’équipes plus petites, plus flexibles et directement intégrées à l’activité opérationnelle, les spécialistes peuvent réagir rapidement aux nouvelles tendances et évolutions, grâce à leur méthodologie de développement agile. Grâce à la forte création de valeur générée par les produits structurés, les investissements nécessaires peuvent généralement être financés assez rapidement par des produits supplémentaires correspondants.

Les banques ont donc tout intérêt à prendre ces récentes évolutions au sérieux, car Libra n’est que le début. Un changement de perspective est donc requis. Seuls ceux qui seront capables d’adapter leur propre modèle d’affaires et de le réorienter en fonction de l’avenir seront en mesure de saisir les opportunités. Désormais, les banques devront accorder une importance encore plus grande au thème de la «technologie» dans leur stratégie et réfléchir à la manière dont elles peuvent de nouveaux attirer les meilleurs talents informatiques. La branche des produits structurés peut faire office de «Role Model» à cet égard. Peut-être n’est-ce pas un hasard qu’un ancien membre du conseil ait récemment été promu CEO d’une banque privée établie.

S’inscrire au News ASPS