08.03.2017

«Les produits structurés jouent la carte des caisses de pension»: utilisation systématique des produits structurés pour un portefeuille efficace

Dans les périodes de turbulences avec des taux négatifs et une grande volatilité, les investisseurs en général, et ceux des caisses de pension plus particulièrement, se trouvent face à des défis de taille par rapport à leur tâche, qui est de dégager du rendement. Aujourd’hui déjà, 28% de tous les emprunts des pays industrialisés ont un rendement négatif. Cette sorte d’état d’urgence sur le front des rendements conduit donc à une pression plus forte et à des exigences accrues vis-à-vis des gérants de fortune. Or, l’utilisation déterminée d’instruments de placements modernes tels que les produits structurés permet de compléter un portefeuille de manière idéale et de générer du rendement.

Car avec une promesse de paiement, les produits structurés peuvent offrir bien plus qu’une pro-messe de résultat, et ainsi aider une caisse de pension à atteindre avec une forte probabilité un objectif de rendement bien précis. Si l’on regarde de près l’allocation des actifs typique des caisses de pension, on observe que la fortune est répartie entre les actions, les obligations, les placements alternatifs et les fonds immobiliers. Pourtant, les solutions de placements structurés sont aujourd’hui utilisées presque exclusivement, si tant est qu’elles le soient, dans le domaine des placements alternatifs. Il s’agit le plus souvent d’obtenir un accès à une certaine valeur de base telle qu’une matière première. Une étape supplémentaire peut toutefois être franchie, car les produits structurés, de par leurs caractéristiques, peuvent tout à fait contribuer à améliorer l’efficacité du portefeuille par des stratégies alternatives ciblées, y compris dans les catégories liquides telles que les actions et les obligations. Cela peut intervenir soit par l’utilisation ciblée des primes de risque, soit par le recours à des solutions comportant des profils de versement, grâce auxquels certaines attentes du marché et exigences de placements peuvent être combinées de manière profitable.

Pour le moment, les caisses de pension font encore preuve d’une certaine retenue dans l’utilisation des produits structurés. Les directives de placement de la prévoyance professionnelle (OPP2) autorisent en principe leur usage, mais le potentiel correspondant est loin d’être exploité. Par son initiative en faveur de la transparence et d’un travail d’explication, l’ASPS intervient à ce niveau et aimerait entrer activement en dialogue avec les autorités et les responsables des caisses de pension pour leur montrer les évolutions qui ont eu lieu dans le sens d’une transparence et d’une clarté accrues, et leur faire découvrir les différents produits et leurs possibilités d’utilisation correspondantes, de façon à éliminer les préjugés. Car il y a bien longtemps que l’étiquette «placement manquant de transparence des coûts» n’a plus lieu d’être à propos des produits structurés dans le rapport de gestion d’une caisse de pension. Dans le contexte exigeant actuel, les caisses de pension ont plus que jamais droit à un placement professionnel et efficace des fonds qui leur sont confiés, précisément aussi grâce aux produits structurés.08

S’inscrire au News ASPS